La fin de l’histoire ?

Encore un rebondissement dans l’histoire de Rochefort !!! Et espérons que cette fois, ce soit la bonne ! Car en effet, si vous êtes au courant de l’histoire, vous aurez constaté qu’elle traîne en longueur…

Lhoist product

Petit rappel

Depuis plusieurs années maintenant, la guerre fait rage entre l’Abbaye de Notre Dame de St-Rémy et l’entreprise Lhoist. Le motif ? Une source, la Tridaine, utilisée par les moines pour brasser mais aussi par la ville de Rochefort, puisque l’eau qui en jaillit est naturellement potable. Or, cette source est alimentée par une nappe phréatique, à quelques mètres sous la carrière de calcaire (exploitée par Lhoist) qu’il est question d’approfondir. Et pour ne nuire ni à la production de la brasserie, ni à l’alimentation en eau de la commune, un pompage à une plus grande profondeur est envisagé par le carrier avant de creuser davantage. Or, la communauté de Notre-Dame s’y oppose, par crainte de voir la source se tarir ou l’eau perdre en qualité. Ne revenons pas sur les tenants et les aboutissants, nombreux, et déjà développés précédemment sur le site de l’ABBET, et concentrons-nous sur les dernières nouvelles.

Quoi de neuf ?

Souvenez-vous, la loi avait changé en 2016, fusionnant les permis environnementaux et d’urbanisme en un permis unique, que Lhoist a évidemment demandé, et obtenu, rendant caduques les décisions prises auparavant.

MAIS…

Les moines de Notre-Dame ont évidemment protesté, et le Conseil d’Etat (qui doit en avoir marre du débat) a relevé une contradiction, ce qui l’a aidé à trancher :

« On ne comprend pas que la décision attaquée puisse permettre, en ce qui concerne l’eau dirigée vers la galerie Tridaine, de compenser le tarissement de l’eau souterraine potabilisable ou destinée à la consommation située en tête de galerie, par de l’eau souterraine non potabilisable et non destinée  la consommation humaine ».

Conclusion : le permis, délivré le 6 juin 2017 par le Ministre Carlo Di Antonio, est annulé !

La fin, donc ?

On l’espère… Mais probablement pas,  l’entreprise Lhoist disposant encore d’un recours, à savoir la procédure en annulation. Ce qui est certain, en revanche, c’est que cette victoire pour la communauté de Rochefort est particulièrement importante, puisque rien ne semblait pouvoir contrecarrer les initiatives de Lhoist suite au changement de loi… Et même si ce n’est que du temps qu’a gagné l’abbaye, profitons de ce sursis pour nous réjouir de cette nouvelle, et pour l’arroser.

A la vôtre !