Ces bières qui se sont prétendues trappistes…

Cet été vous avez fait la connaissance de Cyril Pagniez, tégestophile et grand érudit en matière de bières trappistes, encore plus pour tout ce qui touche à Westmalle, abbaye avec laquelle il a débuté sa collection d’objets trappistes.

https://abbetrappiste.com/2017/07/10/cyril-pagniez-collectionneur-dobjets-trappistes/

Mais, au-delà de cette collection, il est l’auteur d’un site de référence sur les bières trappistes, recensant certes les abbayes connues dont nous vous parlons régulièrement, mais évoquant également les brasseries trappistes disparues (sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement) et celles qui ont utilisé abusivement cette appellation, dont la fameuse bière Witkap Pater, déjà citée dans notre article sur les triples, doubles etc…

https://abbetrappiste.com/2017/06/20/double-6-triple-8-quadruplemais-a-quoi-correspondent-vraiment-ces-denominations/

Et justement, Cyril Pagniez a en sa possession plusieurs objets mentionnant sur les bières Witkap le mot « bière trappiste ».

Or la Witkap ne peut raisonnablement pas prétendre à cette mention, pour une raison on ne peut plus simple : elle n’est aucunement liée à une abbaye ! Hendrik Verlinden est un scientifique qui a racheté une brasserie à Braschaat en 1919, pas un moine…

Alors comment expliquer cette mention ? Et bien nous allons ici reprendre pour l’essentiel les explications du site de Cyril Pagniez, que nous vous invitons vivement à consulter et explorer :

http://www.trappistbeer.net/falsetrappist/falsetrappistverlinden3.htm

Henrik Verlinden s’est forgé une grande connaissance et un véritable savoir-faire en matière de distillerie et brassage au début du XXe siècle.

Il décide de se mettre à son compte en 1919, comme « consultant indépendant en distillerie, brasserie et usine de levures », travaillant pour plus de 70 brasseries en Europe, publiant un ouvrage de référence en 1916 :

Ouvrage Verlinden

… et apportant ses lumières entre 1926 et 1929 aux moines de Westmalle, alors en difficulté avec leurs bières doubles…

Vous voyez venir la suite ? Citons à nouveau Cyril Pagniez : « C’est en 1929 également que, probablement inspiré par la bière des pères trappistes de Westmalle, Verlinden lance la production de sa bière de type trappiste ; il dépose la marque « Witkap Pater » en 1932. En effet, le terme Witkap désigne le capuchon blanc de certaines bures trappistes. La marque déposée « Witkap Pater = Trappistenbier » permit à la famille Verlinden d’utiliser cette appellation jusqu’en 1981. ».

Henrik Verlinden est un proche des moines de Westmalle, avec lesquels il entretient des relations amicales et qu’il a donc aidé dans leurs productions.

Est-ce néanmoins contre lui qu’en 1934, les moines trappistes de Westmalle entament une action en justice ? Rien ne permet de le prouver.

Ce qui est certain c’est que Le petit journal du brasseur nous apprend qu’en 1935 le tribunal de commerce d’Anvers tranche un différend entre la communauté monastique et un brasseur de la région au sujet « d’une action en paiement de 250 000 francs de dommages-intérêts pour concurrence déloyale parce que celui-ci vendait de la bière dite trappiste ».

Cette action est sans succès pour les moines, le tribunal considérant alors qu’ils ne forment qu’un organisme sans but lucratif, dont le but est uniquement d’appliquer la règle de Saint-Benoit et de propager la foi catholique, et qu’ils ne peuvent donc pas se référer au droit commercial et se prétendre sur le même pied qu’une brasserie poursuivant elle un but lucratif.

Les moines trappistes ne parviennent donc pas à l’époque à protéger l’appellation.

 

Les choses vont évoluer à partir de 1962 et un jugement rendu par le tribunal de Gand contre la brasserie de Veltem, à la demande de la brasserie et de l’abbaye Notre-Dame d’Orval, reconnaissant  que le mot trappiste doit être utilisé pour désigner une bière brassée et vendue par des religieux appartenant à l’ordre des trappistes ou par des personnes qui auraient obtenu à cet effet l’autorisation de cet ordre.

http://trappistbeer.net/falsetrappist/jugementgand.jpg

Depuis 1997 l’association internationale trappiste (AIT) veille au respect de l’appellation « trappiste » et attribue le logo ATP aux abbayes conformes qui peuvent l’utiliser (ou non) sur leurs produits.

Cette mention a donc disparu des bières Witkap depuis les années 1980…

Mais le jugement du tribunal de Gand est doublement intéressant car il prouve que la Witkap n’est pas la seule bière à avoir abusivement mentionné le mot trappiste sur son étiquette.

En 2007, Cyril Pagniez recensait pour le journal belge l’écho une quinzaine de cas similaires : « la «Trappistine», brassée par Renaux à Grandrieu dans le Hainaut. La «Trappistiner Bruno» brassée par Beirens à Wommelgem, cette dernière imitait même le lettrage et le logo de Westmalle sur ses étiquettes et ses verres. La brasserie de Dinant qui a commercialisé une «Trappiste de l’abbaye d’Aulne». La brasserie Het Anker à Malines qui a produit durant un moment la «Trappiste Cardinal». La «Kapittel» de la Brasserie Van Eecke, à Watou, qui s’est appelée à une époque la «Trappiste Kapittel». La «Moinette», de la brasserie Dupont, a aussi été sous-titrée jadis «trappiste ». […] Dans les années 1990, Orval a aussi intimé à une brasserie établie aux Etats-Unis, la New Belgium Brewing Company, dont le siège se trouvait à Fort Collins au Colorado, de cesser de commercialiser une bière qu’ils appelaient «Abbey» et qu’ils sous-titraient «trappist style ale». Enfin l’abbaye cistercienne mais non trappiste de Zeliv en République Tchèque a tenté de lancer en 2005 une bière « trappiste » mais a fait face à l’opposition de l’AIT. »

 Comme quoi, le succès et la réputation des bières trappistes continuent toujours de susciter les convoitises…

 

Au Cœur du Malt III, c’est reparti pour la fête le 18 novembre!

Notre soirée festive de l’automne fait son retour cette année encore, toujours en partenariat avec l’association carnavalesque les Quickepitchenaeres, mais avec quelques nouveautés pour vous faire passer une excellente après-midi et soirée!

Affiche 18 novembre jpg

Au programme:

  • une après-midi jeux de société, à partir de 15h, animée par l’association bailleuloise l’assaut. Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les âges. L’occasion de passer un chouette moment en famille ou entre amis…une bière à la main!
  • des concerts à partir de 19h avec les groupes Lano, La belle étoile, et les Becq à Zik pour vous faire chanter danser toute la soirée
  • les encas, les frites et la restauration assurée par les Quickepitchenaeres
  • et bien sûr le bar de l’ABBET: des trappistes au fût cette année et un large choix de bières bouteilles pour découvrir la richesse de la gamme et satisfaire vos goûts!

L’entrée est toujours libre.

Et c’est toujours au foyer rural de Ledringhem.

Alors n’hésitez pas, parlez en autour de vous, diffusez l’information, embarquez les copains et la famille, bref, venez ou revenez nombreux cette année encore! A bientôt!