Parole à Moon Sang Wook, tenancier du bar Bel.G, dans le quartier d’Itaewon

Amis lecteurs, bonjour

Revoilà l’été, et avec lui le sujet spécial de l’ABBET : cette année, c’est le thème de l’interview qui a été choisi. Pour ouvrir ce dossier, nous vous proposons un voyage au Pays du Matin Calme, à Séoul exactement, afin de vérifier jusqu’où rayonne la culture trappistozythologique…

Laissons donc la parole à Moon Sang Wook, tenancier du bar Bel.G (un nom qui ne trompe pas sur la marchandise) dans le quartier d’Itaewon :

DSC_0896.JPG

Depuis combien de temps tenez-vous ce bar à bières ?

Depuis deux ans.

Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans les bières belges ?

J’aime la bière, et comme il existe de nombreux types de bières belges, cela me permet d’offrir une grande variété de saveurs différentes.

Comment avez-vous découvert les bières trappistes ?

Grâce à mes fournisseurs, des entreprises coréennes qui importent des bières européennes et parmi elles, des trappistes.

Est-il simple de se procurer des bières trappistes en Corée ?

Oui, et de plus en plus. Depuis quelques années, le nombre de sociétés important de la bière a beaucoup augmenté, et il devient vraiment facile d’obtenir des bières trappistes.

Y’a-t-il une demande particulière sur les bières trappistes ici ? Si oui, depuis combien de temps ?

Il y a peu de temps (quelques années seulement) que les trappistes arrivent en Corée. Elles sont donc de plus en plus connues. Mais comme elles sont importées, et donc plus chères que les bières locales (NDLR : environ 15 euros la bouteille de 33 cL, contre quelques euros pour une Pils coréenne), les clients qui les commandent restent encore peu nombreux.

Quelles trappistes proposez-vous, et comment les avez-vous sélectionnées ?

Nous proposons actuellement des bières « la Trappe » (la Witte, la Double, la Triple et la Quadruple) ainsi que la Rochefort 10 et la Westmalle double. Je les ai sélectionnées pour leur goût très particulier, et parce qu’elles sont moins fréquentes que d’autres. (NDLR : sans doute une allusion à Chimay…)

Les consommateurs s’intéressent-ils à l’histoire, l’origine des bières trappistes ?
La plupart d’entre eux sont déjà des amateurs de bières trappistes, et ont donc déjà quelques connaissances sur leur origine ou leur fabrication. Mais ils restent demandeurs d’informations. Soit ils se documentent sur le web, sur Google ou Naver (NDLR : moteur de recherche n°1 en Corée), soit ils m’en demandent. J’ai hélas rarement le temps de leur en dire beaucoup, simplement que ce sont des bières faites par des moines, car je dois m’occuper des autres clients. Je les renvoie alors vers les sites Ratebeer ou Beer Advocate sur lesquels ils trouvent des informations.

Quelle est la trappiste la plus vendue ? Pour quelle raison à votre avis ?

Les bières « la Trappe » sont les plus vendues, principalement pour leur prix plus faible à l’import, et donc à la vente. Mais, bien qu’elle soit plus chère, la Rochefort a également beaucoup de succès car son goût plaît beaucoup.

Quelle est votre préférée ? Pourquoi ?

J’ai goûté d’autres trappistes lors de mes voyages en Belgique, comme 3 autres « Trappe » entre autres, mais ma préférée reste la Westvleteren 12. J’aime également beaucoup les bières de Rochefort, qui sont délicieuses.

Un grand merci à Moon Sang Wook pour avoir pris le temps de nous répondre, et à Park Ha Neul pour avoir tout traduit lors de l’entretien !

DSC_0897

On l’aura compris, les bières trappistes comptent encore peu d’adeptes en Corée. Ce qui est compréhensible, puisque le pays ne s’est ouvert que récemment au reste du monde et que ces bières sont très différentes des bières locales, essentiellement à base de riz et de basse fermentation. Mais cela devrait changer rapidement, en raison des goûts de la jeune génération, bien plus voyageuse que la précédente, mais aussi grâce à cette prédisposition très humaine et mondialement répandue à lever le coude. Pour preuve, depuis environ dix ans, les microbrasseries se multiplient en Corée et on y trouve de plus en plus facilement des variétés très différentes de bières. Même des gueuzes ou des stouts. Alors pourquoi pas une trappiste coréenne à l’avenir ?