L’Abbet s’est procurée de la Westvleten XII, on vous explique comment

DSCN4032

Notre exploit relève sans doute du coup de bol plus que du parcours du combattant. Alors que certains amateurs de cette bière, à l’instar de Flip et Leon, venus des Pays-Bas pour acquérir le précieux élixir, ont passé plus de 300 appels avant qu’un interlocuteur ne décroche à l’autre bout du fil, l’Abbet n’a eu qu’à passer quatre coups de fil avant de parvenir au Graal. Mais avant de brandir le téléphone, mieux vaut savoir quand et où appeler. C’est là que l’affaire se corse.

La quête

Plusieurs sites ont beau nous indiquer le numéro de téléphone de l’abbaye (+32 70 21.00.45), rares sont ceux à préciser les dates auxquelles la ligne est ouverte, et pour quelle Westvleteren. A force de recherches, nous sommes tombés sur LA page à garder dans ses favoris : l’agenda des commandes mis à jour par les moines.

A gauche, les horaires de réservation (en général le matin). A droite, ceux de retrait. A préciser qu’une fois au bout du fil, il vous est impossible de choisir la date et l’heure de retrait : toutes deux vous sont imposées. Idem pour le nombre de bières : deux casiers de 24 bouteilles par personne. Pas plus, pas moins.

Là, il ne reste plus qu’à appeler et à croiser des doigts pour que quelqu’un décroche et que la date et l’heure de retrait correspondent à vos disponibilités. Pour nous, c’était le cas. Et heureusement, nous avions au préalable noté sur un carnet le numéro de notre plaque d’immatriculation, elle aussi demandée lors de la réservation.

Un empêchement ? Inutile d’essayer d’appeler pour modifier votre date de retrait. Il faudra patienter jusqu’au prochain appel et à la prochaine vente.

L’obtention du Graal

En général, le retrait se fait durant la semaine qui suit la commande, au drive qui longe l’abbaye quand on vient de Watou ou de Popperinge. La file n’est pas trop dense, puisque chacun respecte les horaires de passage. Contre un mur, des dizaines de caisses en bois estampillées Westvleteren patientent. Un laïc vous accueille et vous aide à les déposer dans votre coffre. Il vous donne un ticket. Dessus, une mention précise qu’il est interdit de revendre ces bières.

Photo Abbet

Au drive-in près de l’abbaye de Saint-Sixte

On passe alors au guichet, comme dans les célèbres drives d’une chaîne de fast-food américains. Mais là, c’est un moine qui nous accueille et nous fait payer l’addition. Pour deux caisses de XII, 108 euros. Avec les consignes des deux caisses en bois et des bouteilles (24 euros au total), à rapporter en état à l’abbaye lors de la prochaine commande.

Désormais, il faut attendre 60 jours avant de pouvoir rappeler l’abbaye. Aucun des appels passé avec votre numéro de téléphone n’aboutira avant cela, et le coffre de votre voiture devra se contenter d’autres trappistes. Le temps de déguster les breuvages de l’abbaye de Saint-Sixte, ou de les laisser vieillir pour ceux qui lui préfèrent un goût plus sucré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s